MuséoHub #4 : Maquettes et restitutions (argumentaire)

Après une première édition au Louvre-Lens (2013), une deuxième au Forum Antique de Bavay (2014), une troisième au Musée-Parc archéologique Arkéos de Douai (2015), Pictanovo et l’université de Lille mutualisent, pour la quatrième fois, leurs compétences et ont le plaisir de s’associer, pour l’édition 2016, avec le Palais des Beaux-Arts de Lille.

MuséoHub 4 s’inscrivant dans un partenariat privilégié qui fédère à la fois les acteurs du monde de l’entreprise, les acteurs de la culture et l’Université en vue de favoriser les échanges constructifs, les organisateurs ont souhaité associer à cette 4e édition « Clic France » qui organisera sa manifestation annuelle dans le même lieu que MuséoHub 4 le mardi 19 avril 2016.

Argumentaire  :

Si le sujet de la manifestation est celui des maquettes et restitutions ; l’enjeu du projet est double : il s’agit de s’interroger à la fois sur la pertinence scientifique des maquettes et restitutions proposées (la maquette comme objet scientifique) ainsi que sur le développement d’outils numériques à haute valeur sociétale pour la connaissance et la culture.

Le Palais des Beaux-Arts de Lille souhaite rénover en 2017 son département Plans-Reliefs présentant 15 grandes maquettes des villes du nord de la France et de l’Europe. Ancienne collection royale de Louis XIV, dépôt historique du Musée des Plans-Reliefs de Paris, les Plans-Reliefs sont des objets insolites aux grands potentiels de valorisation, notamment numérique. Tel est le contexte propice à la tenue d’un Muséohub4 au Palais des Beaux-Arts de Lille.

Dès lors que l’on aborde la question des reconstructions-restitutions (virtuelles, 3D…) se pose le problème de leur validation, de la fiabilité des reconstructions, de la fidélité à l’objet originel. En effet, archéologues et historiens disposent de sources d’informations de différentes natures, documentation souvent partielle, disparate, incomplète et parfois subjective.

Ainsi, si les données mises au jour lors des fouilles permettent l’étude des sociétés anciennes, les vestiges archéologiques sont souvent incomplets et les hypothèses formulées sur la base d’une documentation matérielle, dont l’interprétation est délicate, sont parfois sujette à d’importants débats. Les archéologues sont ainsi sans cesse à la recherche de nouveaux moyens d’investigation et de restitution, notamment numériques. Dans une telle perspective, les techniques de reconstitution conduisent à un renouvellement des études archéologiques qui témoigne de l’apport indéniable des nouvelles technologies à une meilleure compréhension du passé.

Nombreuses sont les représentations en trois dimensions, sous la forme de maquettes ou d’autres restitutions, qui ne font pas abordées comme des outils de connaissance historique et archéologique. Celles-ci ont longtemps été et restent utilisées comme simple illustration d’un propos plus général. L’occasion est donnée ici d’approfondir une réflexion liée à l’objet lui-même et à ses usages, de prendre au sérieux la place et le rôle qu’il occupe dans nos travaux de recherche.

L’apport des nouvelles technologies à l’histoire, à l’histoire de l’Art et à l’archéologie est indéniable et profite à l’enrichissement de nouvelles connaissances et à une meilleure compréhension du passé. Ainsi, historiens et archéologues, fréquemment confrontés à la question de la validation, de la fiabilité des reconstructions proposées, de la fidélité à l’objet originel peuvent avancer de nouvelles données renouvelant la manière d’appréhender les sociétés passées.

Depuis des années, les musées se sont résolument dotés d’outils culturels et artistiques de développement de médiation, les maquettes et restitutions en font partie et occupent une grande place.

Les intervenants pourront présenter leurs projets, qu’ils soient en cours de réalisation ou aboutis, et partageront leurs expériences. Le but de cette journée est donc de stimuler les échanges et discussions autour de ces objets d’études : maquettes et restitutions, que traitent historiens et/ou archéologues. Il s’agira de soulever les problématiques inhérentes au sujet, de s’intéresser à la place que peuvent occuper les chercheurs très en amont du développement de ces outils, pour que ceux-ci puissent s’inscrire dans une dynamique de construction d’un objet de savoir qui ne soit pas exclusivement dévolu à la médiation. Notons l’importance de mener à bien une réflexion sur les contenus et une évaluation critique des dispositifs existants ou à venir. Il est fondamental que les spécialistes des différentes disciplines ou domaines d’activités se rencontrent et mettent en commun leurs savoirs et leurs analyses qui ne manqueront pas d’être diversifiées de part leur formation, leurs méthodes, leurs usages ou encore leurs approches.

Pour favoriser l’émulation entre les disciplines et créer de nouvelles passerelles entre collections historiques et nouvelles technologies, le Palais des Beaux-Arts de Lille est heureux d’accueillir le quatrième Muséohub.

Comité de pilotage et scientifique

  • Émilien Ruiz (Maître de Conférences Histoire contemporaine, Université de Lille)
  • Florence Raymond, Anne-Françoise Lemaître (Palais des Beaux-Arts de Lille)
  • Véronique Beirnaert-Mary (Forum antique de Bavay)
  • Christine et Martine Aubry (IRHiS, Université de Lille)
  • Charlotte Planckeel (Halma, Université de Lille)
  • Nathalie Dereymaecker (IRHiS, Université de Lille)
  • Cécile Tardy (GERIICO, Université de Lille)
  • Malika Palmer, Christophe Chaillou (Pictanovo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *